Ville de Saulxures-sur-Moselotte

La ville de Saulxures sur Moselotte

Association R-Play

L’association R-Play

Régie Municipale Culture & Animations

Régie Municipale Culture & Animations

vous présentent

SAULXURES FESTI’LAC 2

Vendredi 24 et samedi 25 août 2018

L’Association R-Play, la ville de Saulxures, la Régie Culture et Animations et Leader sont fiers de vous offrir les tous premiers noms du Saulxures Festi’Lac 2018 !

Pour une deuxième édition, nous vous donnons RDV sur 2 jours : les  24 et 25 août 2018 avec une scène en plein air sur le site de la Base de Loisirs du Lac de la Moselotte.

Au programme : 2 jours de reggae, la plus populaire des musiques jamaïcaines, fruit d’un vaste métissage et de talent.
L’affiche 2018 va nous offrir de belles surprises avec le légendaire ALPHA BLONDY, les membres de DANAKIL avec un nouveau show captivant et unique en son genre sur la scène reggae.

Biga*Ranx : Jeune prodige du ragga dub français, BIGA*RANX était parti avec une longueur d’avance en commençant à animer des sound-systems dès l’âge de 13 ans. Influencé par la culture jamaïcaine, il ne se contente pas d’écouter ses artistes favoris (Super Cat, Alton Ellis, Vybz Kartel) et décide très tôt de se rendre en Jamaïque où il enregistre ses premiers titres. Entre temps, il découvre aussi les grosses productions hip-hop américaines et en imprègne ses morceaux. Il commence alors à tourner avec Bandalero Sound System qu’il a créé avec son frère, et aussi avec le collectif Ondubground.

Ondubground

8 autres artistes locaux sont encore à venir !

Saulxures Festi'lac 26 août 2017 base de loisirs du lac de la Moselotte

Festi'Lac sur Facebook

 

Rendez-vous dans...

Jour(s)

:

Heure(s)

:

Minute(s)

:

Seconde(s)

À l’affiche

ALPHA BLONDY

Depuis  ses  débuts  dans  les  années 1980 avec le hit panafricain “Opération Coup De Poing (Brigadier Sabari)”, Alpha Blondy a pour habitude de livrer à ses fans du reggae de qualité. Le contrat de confiance qui le lie à son public est une fois de plus rempli avec brio : Positive Energy s’impose d’emblée  comme  un  grand  cru. “C’est vraiment l’album des featurings !”, s’exclame Alpha pour évoquer ces douze nouvelles chansons.

Et de fait, il y a du beau monde : deux pointures jamaïcaines (Ijah- man sur “Rainbow In The Sky” et Tarrus Riley sur “Freedom”), le boss du  zouk  Jacob  Desvarieux  sur “N’Teritche” et une jeune chanteuse congolaise  prometteuse,  Pierrette Adams, sur “Séchez Vos Larmes”. Plus un trio de choc sur “Allah Tano” : le Tunisien Nawfel, le Marocain Assim et l’Ivoirien Ismaël Isaac. Un titre fort dédié à la grand-mère d’Alpha, un titre spi- rituel aussi : “Ça montre que l’Islam n’est pas la propriété de quelques violents. Histoire de dire qu’on peut parler de Dieu et d’amour sans forcément faire saigner”, résume-t-il.

Si la spiritualité est comme à l’accoutumée le combustible de choix d’Alpha, la colère n’est pas absente pour autant. Que ce soit dans le poignant “Séchez Vos Larmes” (“On ne battra pas la famine à coups de missiles”) où le chanteur s’attaque aux hommes politiques plus en- clins à se faire la guerre qu’à nourrir leurs peuples, ou sur le très musclé “Maclacla Macloclo”. “C’est le coup d’état récurrent. Les présidents commettent les mêmes bêtises et la communauté internationale se rend complice en validant les forfaitures. Les dictatures et les tyrannies que nous subissons sont un peu de leur faute. Génocide démocratique, torture dé- mocratique : on a bombardé la Libye en disant que l’autre n’était pas démocratique, on a foutu une merde pas possible. Même chose en Irak : on a bombardé les pro et les anti Saddam à la même enseigne. Lumumba et Sankara assassinés “démocratique- ment”, les exemples sont légion. Au nom de la démocratie, on se permet toutes les atrocités. En Afrique, quand on entend le mot “démocratie”, on se planque sous le lit parce que ça va commencer à saigner !”

“Freedom” est l’ainée des compositions puisque son texte date de 1978, l’année durant laquelle Alpha était en exil américain, à la re- cherche du rêve. “La liberté n’a pas de prix, et je ne me laisserai pas acheter parce qu’elle n’est pas à vendre, freedom is a must”, affirment à l’unisson Alpha et Tarrus Riley, un Ivoirien et un Jamaïcain sur la même longueur d’onde, celle de l’amour de la liberté et du reggae roots.

En parlant de roots (rock) reggae, “No Brain No Headache” s’ouvre sur une gui- tare hurlante. “C’est très rocky. Ça parle de mon passage à l’hôpital. Quand j’ai dit à la nurse qu’on avait mis de l’angel dust dans mon pétard, elle m’a dit “Tu as de la chance : no brain, no headache”. J’ai pigé la leçon. Ça veut dire que tu n’as pas à te prendre la tête avec des futilités. La vie, il faut la prendre dans le bon sens, même quand elle fait mal”.

Impossible de ne pas évoquer “Madiba M’a Dit”, évocation de Nelson “Madiba” Mandela, symbole de la lutte contre l’apartheid qui finit par diriger son pays, l’Afrique du Sud. Le texte simple et poétique de cette chanson a une histoire. On le doit en effet à une journaliste de France 24, Valérie Fayolle. “On avait une émission ensemble, Le Paris Des Arts, et elle m’a fait lire son poème, que j’ai trouvé très joli. Une blonde aux yeux bleus qui parle de Mandela, ça donnait une autre dimension. Je lui ai dit que je voulais en faire une chanson. Dieu merci, elle a beaucoup aimé. Si Mandela vivait, c’est comme ça qu’il aurait pensé. On est tous les mêmes. Si on voulait se venger, la terre serait vide”.

Pour faire passer ses idées, Alpha s’est entouré de ses meilleurs guerriers : son groupe Solar System, qui a commencé l’enregistre- ment à Abidjan au studio du chanteur puis l’a poursuivi à Paris, au studio de la Grande Armée. Musicien à l’ancienne, c’est comme à l’habitude avec des vrais cuivres (et une vraie batterie pour les rythmiques) qu’il a structuré ses compositions, avec un coup de main de son guitariste Jules pour le riff de “No Brain, No Headache”. “Je suis de la vieille école”, confirme le vétéran du reggae africain. Pour Positive Energy, on le retrouve en couverture avec sa grand-mère disparue à l’arrière-plan, comme un ange gardien. “Elle m’a donné l’amour de mon prochain. Et mon prochain c’est Dieu, pas besoin de chercher trop loin. Mon prochain avec ses qualités et ses défauts c’est Dieu, c’est elle qui m’a enseigné ça. Je voulais lui rendre cet hommage”.

“Cet album, il ne ressemble aucunement aux autres”, lance Alpha Blondy en guise de conclusion. On lui donnera tort au moins sur un point de détail : il est aussi passionné, mélodique et sincère que ses prédécesseurs. Avec ce supplément d’énergie positive qui caractérise les grands disques.

Olivier Cachin

DANAKIL

Activistes du reggae et de la musique indépendante depuis 2001, DANAKIL sillonne depuis plus de 15 ans les routes du monde entier, délivrant des centaines de lives brûlants qui font une grande partie du succès du groupe.

Après 4 albums studio, 2 lives, et 2 albums « DUB » le collectif n’a rien perdu de sa force, de son envie, et revient avec un nouveau projet brut de décoffrage. Intitulé « LA RUE RAISONNE », ce 5ème opus remet le groupe sur le devant de la scène militante et engagée francophone. Le premier single, « 32 MARS » fut d’ailleurs une chanson composée en marge des concerts organisés par le groupe et leur entourage en soutien au mouvement Nuit Debout.

Musicalement,  le groupe a continué  d’évoluer,  en faisant confiance  aux beatmakers « maison » pour muscler ses productions. Le résultat est un reggae roots nouvelle génération, bien ancré dans l’air du temps, avec une musique métissée, un humanisme  sincère et le désir de dire les choses comme elles viennent, pour faire entendre une voix différente.

Une attention toute particulière a aussi été accordé au mixage de l’album au sein d’un studio 100% analogique, permettant aux musiciens de livrer un album charpenté, aux basses lourdes, avec une réelle profondeur de son.

Côté collaborations, DANAKIL choisit une nouvelle fois de se faire plaisir en invitant la crème de la scène world et reggae. Le chanteur allemand Patrice est ainsi présent sur la tracklist en partageant avec BALIK (chanteur de Danakil) le titre « Paris la Nuit », hommage noctambule à la capitale parisienne. DANAKIL convie une sacrée équipe de chanteurs sur le titre « WORLD OF REGGAE MUSIC », déclaration d’amour au style musical qui lie tous les intervenants : ANTHONY B, FLAVIA COELHO, NATTALI RIZE, JOSH DE THE SKINTS, BRAHIM, VOLODIA, YANISS ODUA, NATTY JEAN et U-ROY !

Produit, distribué et édité par leur label Baco Records, fondé par les membres du groupe en 2012, qui connait lui aussi un développement significatif, ce nouveau projet est un exemple même d’autoproduction à la française !

Après avoir fait complet dans la quasi-totalité des salles visitées lors de la première phase de tournée à l’automne 2016, (qui s’est achevée par un double TRIANON parisien complet sur les deux soirs, diffusé en direct sur les réseaux sociaux), le groupe repart sur les routes de France et d’ailleurs, dès le printemps, pour continuer à affirmer, en musique, sa parole militante !

BIO Danakil

BIGA*RANX

Jeune prodige du ragga dub français, BIGA*RANX était parti avec une longueur d’avance en commençant à animer des sound-systems dès l’âge de 13 ans. Influencé par la culture jamaïcaine, il ne se contente pas d’écouter ses artistes favoris (Super Cat, Alton Ellis, Vybz Kartel) et décide très tôt de se rendre en Jamaïque où il enregistre ses premiers titres. Entre temps, il découvre aussi les grosses productions hip-hop américaines et en imprègne ses morceaux. Il commence alors à tourner avec Bandalero Sound System qu’il a créé avec son frère, et aussi avec le collectif Ondubground.

C’est à Londres qu’il va parfaire son anglais, et y découvrir la pluralité de la scène électro underground anglo-saxonne : drum’n’bass, dubstep… De plus en plus ouvert musicalement, ses compositions prennent un virage déterminant pour la suite de sa carrière.

Sa rencontre avec JOSEPH COTTON, qui donnera le pseudonyme de Ranx au jeune Biga, le propulse sur le devant de la scène. Leur collaboration, « Air France Anthem » fait le buzz et dépasse les frontières françaises. Il est rapidement plébiscité à l’international, et enchaine les concerts de Rome à Madrid, en passant par Montréal, Copenhague, Lisbonne…

Sous le nom de TELLY, il s’essaie aussi avec succès au beatmaking et franchit un nouveau cap dans ses expérimentations.

Avec « 1988 », son dernier album sorti en Juin 2017, ce n’est rien de moins qu’un genre nouveau qui naît et que BIGA*RANX baptise « vapor reggae ». Plus posé, digital, psychédélique et « nuageux », l’univers de BIGA*RANX se réinvente pour mieux nous happer. Le titre « Liquid Sunshine » est diffusé sur France Inter et atteint près de 2 million de vues sur Youtube. Si vous n’avez pas encore écouté, c’est le moment !

TUFF LIONS

« Un reggae tonique portant la voix habitée du chanteur Jahvie, a séduit les festivaliers d’Africajarc. » RFI 

The Tuff Lions la révélation Reggae Revival, Made in France

Après un EP et un Vinyle 10 pouces, le premier album officiel « SPIRIT » du groupe voit enfin  le jour après cinq ans de partage avec le public. Pour la sortie officielle de cet album 100% auto-produit, le groupe The Tuff Lions entame une collaboration avec Khanti Records qui soutient le projet depuis le début pour mettre en place la sortie à l’échelle nationale prévue le 10 NOVEMBRE 2017, chez PIAS.

Enregistré au « Studio 809 » (Toulouse) cet Album de 12 titres a été mixé sur Paris au « Wise Studio » par FabWize l’ingé-son Star du milieu Reggae Francophone, ce qui explique la grande qualité sonore de cet Opus.

Les compositions livrées en anglais par le groupe, sont un exutoire pour les auteurs, puisque Jo et Jahvie se sont inspirés de leurs propres vies en décrivant des situations révoltantes, touchantes, ou inspirantes, mais toujours criantes de vérité. Les percussions Nyabinghi, les phrasés de la section cuivre et les guitares rock vous rappelle les morceaux Roots Reggae des années 80, mais The Tuff Lions est un groupe du 21ème Siècles, ils nous le confirment avec des arrangements moderne sur les parties Keyboards, leurs batteries Digitales et Acoustiques, ainsi que sur le traitement de la basse et des voix de l’album « SPIRIT »

Cet été, pour leurs « Summer Tour » ils ont défendu avec talent cet Opus en prémisse pour les festivaliers du Reggae Sun Ska (33) du Lez’Art (82), Les Moyens du Bord (35), Pieta’Terre (31) et bien d’autres où ils ont reçu un accueil digne d’une révélation Reggae Revival Internationale.

Le groupe The Tuff Lions a la volonté de partager ses messages conscients avec le public, et n’hésitera pas à parcourir le pays et ses alentours pour le rencontrer et le fédérer autour de ses sonorités riches et colorées. Peu importe l’âge, la couleur de peau ou les convictions personnelles, seul l’amour de la musique triomphe, c’est une fierté de voir le public danser avec joie lors de leurs nombreux concerts. Cà ne s’arrêtera pas en si beau chemin car le groupe vient de signer avec Talowa Production.

Laissez-vous emporter par l’atmosphère unique du nouveau Clip / Single du groupe « GREEN QUEEN » qui dénonce le positionnement du gouvernement face à l’international herb, déjà largement visionné sur YouTube et leur page Facebook « The Tuff Lions » ainsi  qu’en téléchargement sur toutes les plateformes légales.

ONDUBGROUND

ONDUBGROUND

Bientôt à découvrir…

Laure Ferry

Au programme

La programmation 2018 est toujours en cours d’élaboration et est susceptible de modification ! Mise à jour le 04 juillet

Vendredi 24 août 2018

  1. 16:00 Ouverture des portes
  2. 16:30 REMONTADA
  3. 17:00 MAEL
  4. 18:00 MAUVAISE GRAINE
  5. 19:00 PAPA ROOTS
  6. 20:30 BIGA*RANX
  7. 22:30 DANAKIL
  8. 23:30 ONDUBGROUND
  9. 02:00 Fermeture des portes

Samedi 25 août 2018

  1. 16:00 Ouverture des portes
  2. 16:00 CHAKA MEKA
  3. 17:00 MATA PÖZE
  4. 18:00 MORIK
  5. 19:00 JAMINGTON
  6. 20:00 LYRICSON
  7. 21:30 ALPHA BLONDY
  8. 23:30 THE TUFF LIONS
  9. 02:00 Fermeture du FESTI’LAC

Réservation

Billetterie en ligne

 

Les billets sont également disponibles dans les réseaux partenaires habituels :
www.fnac.com, www.ticketmaster.fr, www.digitick.com

Billetterie en ligne *

  • Pass 2 jours en prévente : 35 €
  • Pass journée vendredi 24 août : 20 €
  • Pass journée samedi 25 août : 25 €

* frais en sus

Vente sur place *

  • Pass 2 jours : 45 €
  • Pass journée vendredi 24 août :  25 €
  • Pass journée samedi 25 août : 30 €

* frais en sus

Les personnes mineures sont acceptées sur nos événements, les moins de 16 ans doivent être obligatoirement accompagnées d’une personne majeure.

GRATUIT pour les enfants de moins de 10 ans (sur présentation carte nationale d’identité)

Aucun billet ne sera échangé ou remboursé.

Toute sortie est définitive pour les pass journée.
Sortie autorisée avant 19H pour les détenteurs d’un pass 2 jours, passé cet horaire, toute sortie est définitive.
Les pass 2 jours seront échangés à votre arrivée par un bracelet.
Seul le port de votre bracelet vous donnera accès au site du festival.

Ça se passe où ? voir plan détaillé

Le Festi’Lac se déroule sur le site de La base de loisirs du Lac de la Moselotte
à Saulxures sur Moselotte

336 Route des Amias
88290 Saulxures-sur-Moselotte

1 – Venir en bus : ligne N°9 de la gare de Remiremont

À Saulxures-sur-Moselotte, des navettes régulières seront à votre disposition du centre du village jusqu’au site Festi’Lac, à l’entrée du village.

2 – Venir en voiture

Pensez à l’environnement : faites du co-voiturage !
N’hésitez pas à proposer vos places libres sur la page Facebook de l’événement.

Rejoignez le site du festival depuis Nancy ou Besançon par la N57.
À Remiremont prendre direction Gérardmer / La Bresse puis Saulxures-sur-Moselotte.

– de Strasbourg : 2h30
– de Belfort : 1h30
– de Nancy : 1h30
– de Dijon : 2h45
– de Chalon-sur-Saône : 3h00
– de Lyon : 4h00
– de Paris : 4h30

Parkings

Trois parkings sont à disposition des festivaliers :

  • le parking « Bivouac du Géhan » au centre du village, accessible seulement aux pass 2 jours avec camping,
  • le parking festivalier sur la Place De Lattre de Tassigny,
  • le parking Salle Polyvalente (derrière l’église).

Ces trois parkings sont situés au centre du village de Saulxures à environ 1km su site.
Des navettes sont à votre disposition pour vous rendre sur place.

Voir le plan détaillé

3 – Venir en train

La gare la plus proche est celle de Remiremont, des navettes régulières adaptées aux horaires d’arrivée des TER sont déjà en place tout le reste de l’année et vous permettre d’assurer votre transport entre la gare et Saulxures-sur-Moselotte.

Base de loisirs du Lac de la Moselotte

Tremplin

L’Equipe de Festi’Lac vous donne RDV le samedi 14 avril à 20h30 pour une première sélection.  (Entrée Libre)
Quatre groupes locaux présélectionnés pour leur qualité musicale et leur good vibes viennent se produire pour 2h30 de concert entièrement gratuit !
Les meilleures formations se verront intégrer le line-up du Saulxures Festi’lac.

Le « Tremplin du Saulxures Festi’LAC » vous donne également rendez -vous pour ses futures sélections au mois de mai….
Buvette et petite restauration sur place.

Pratique

 Plan du festival 2018

Accédez au plan

Festi’Lac en images

Festi’Lac 2017  dans l’album photo

Nous contacter

Laissez-nous un message sur la page de contact

Share This